Quelques techniques de massages

 

Le massage bien-être fait appel à plusieurs techniques de massage ou manœuvres, et chacune d’entre elles apporte des bienfaits particuliers aux différents systèmes (circulatoire, nerveux, etc...).

Il y a l'effleurage, la friction/pression, le pétrissage, le foulage, le tapotement/ percussions, les vibrations/ébranlements.

L’effleurage

L’effleurage est une technique de massage très douce, bien évidemment. On dépose les mains à plat, côte à côte, et on glisse doucement sur le corps. Cette technique sert souvent d’introduction et de conclusion à une séance de massage, ou de liaison entre deux techniques.

L'effleurage est une manœuvre qui est utilisée par tous les types de massage avec huile et même certains sans huile.  C'est un toucher léger de la peau avec ou sans mouvement des mains. Il peut être effectué doucement ou avec plus de fermeté dépendamment de l'effet voulu.  Souvent, les couples, les amis ou les parents utiliseront cette manœuvre sans même savoir qu'elle fait partie du répertoire de la massothérapie.  Par contre, à chaque fois qu'elle est utilisée, c'est pour un but précis et différent dépendant à qui elle est administrée. L'effleurage peut communiquer de l'affection, de l'amour, un désir érotique ou de l'empathie, etc.  Tout dépend comment on l'effectue.  

L'effleurage peut servir seulement à étendre l'huile. Par contre, la manœuvre sert surtout à faire le premier contact donc apprivoiser la personne massée.  Si la personne est stressée, alors l'effleurage sera calme, lent et englobant, pour détendre la personne dès les premières minutes du massage. Si la personne veut un massage plus vigoureux, alors l'effleurage pourra être plus énergétique, rapide et profond. Cette manœuvre communique beaucoup l'intention du praticien(ne), alors c'est pourquoi le professionnel doit être à l’écoute et demande toujours les attentes de son client avant de commencer la séance.

L'effleurage stimule les récepteurs cutanés donc agit beaucoup sur le système nerveux.  Il développe aussi la conscience corporelle.  Les systèmes sanguin et lymphatique sont aussi stimulés.  L'afflux sanguin augmente et se régularise. Le volume lymphatique se mobilise pour libérer les tissus de ses déchets, donc le système immunitaire est aussi amélioré et mobilisant la lymphe vers les ganglions.

En somme, l'effleurage est une manœuvre appréciée de tous, car elle procure une agréable sensation de bien-être et de réconfort. 

 

La friction/pression

La friction agit au niveau des muscles, des articulations et des circulations sanguine et lymphatique. C’est un massage en profondeur qui défait les nœuds et soulage des douleurs musculaires. La technique consiste à appliquer une pression tout en faisant de petits mouvements circulaires avec les pouces sur la zone à traiter. . Elle peut être exercée avec les pouces, entre l’index et le pouce, ou avec toute la paume de la main. Pour certains types de massage, on utilise même les poings, les coudes ou les pieds.

 La friction est une manœuvre qui aide à défaire les adhérences entre les tissus, comme entre la peau et les muscles, les muscles ensemble, la peau et les os, muscles et os, etc. Elle est utilisée aussi pour briser les fibres, pour augmenter le flux sanguin dans une région spécifique pour que les tissus guérissent plus vite. 
La friction étire, assouplit et relâche les fibres conjonctives. Elle favorise aussi une plus grande mobilité des articulations et des muscles entre eux. Elle permet la guérison des fibres musculaires, des ligaments et des tendons. Elle déprogramme aussi le signal de tension des récepteurs neuromusculaires.

Il y a différentes façons de l'effectuer.  La plus part du temps elle est fait circulairement.  La main fait tourner la peau sans une grosse pression pour enlever les adhérences entre la peau et les muscles. Si la pression est augmentée, la friction sera efficace pour la couche plus profonde.  Par contre, si la couche de tissus supérieur n'a pas été bien relâchée, il faudra utiliser une surface de la main plus petite pour être plus spécifique, comme le pouce.  Des fois, le coude ou le bord de la main est utilisés pour économiser le pouce du thérapeute, mais toujours sans douleur pour la personne massée.  Plus la couche est profonde, plus la friction sera lente.
Lorsque le but est d'augmenter la circulation sanguine au tendon ou au ligament pour la guérison, la friction sera rapide et douloureuse, car il y aura des tissus de brisés.

En somme, la friction est une technique très efficace pour détendre les tissus musculaires et conjonctifs.

Le pétrissage

Le pétrissage est une technique plus en profondeur permettant de détendre les muscles et stimuler la circulation. Elle aide à diminuer les courbatures, les tensions et les douleurs. Elle est surtout très agréable et relaxante. On l’exerce souvent sur les trapèzes, entre le cou et les épaules. Pour la pratiquer, on exerce une assez forte pression avec les pouces, les doigts et le talon des mains afin de bien faire bouger les muscles sous la peau, et ainsi libérer les tensions. Les deux mains travaillent dans le sens contraire l’une de l’autre.

 Le pétrissage s'effectue en soulevant, compressant et tordant une masse musculaire. Cette manœuvre peut être générale, comme en pétrissant tout le quadriceps de la cuisse ou spécifique en pétrissant seulement quelques fibres musculaires du vaste interne de la cuisse par exemple.  Tous les muscles peuvent être pétris.

Le but de cette manœuvre est de mobiliser et répartir la circulation dans le muscle, c'est-à-dire qu'on doit visualiser le muscle un peu comme une éponge. En tordant celle-ci, l'eau (le sang dans nos muscles) sort et est remplacée par de la nouvelle eau. Le pétrissage étire, allonge, assouplit, relâche aussi mécaniquement les fibres conjonctives. Ces fibres se situent autour des muscles et dans la peau. En mobilisant les différents plans musculaires superposés avec le pétrissage, les articulations gagnent de l'amplitude et les muscles se relâchent comme avec la friction.

Le pétrissage aide surtout avec un problème de circulation (manque de nutriments dans les muscles ou surplus de toxines) tandis que la friction aide en brisant les adhérences qui se sont formées avec le manque de mobilité des tissus. Dépendant de la texture de la peau et des muscles, un bon thérapeute pourra décider d'utiliser plus une technique qu'une autre.

 

Le foulage

Le foulage s'effectue avec les pouces sur les fibres musculaires. Le pouce droit suit la fibre dans sa direction puis la tasse vers la droite.  Ensuite, le pouce gauche suit la même fibre et la tasse vers la gauche. On peut faire tout le muscle avec cette manœuvre ou seulement une fibre tendue.  Par contre, le massothérapeute doit partir d'une extrémité du muscle jusqu'à l'autre, d'un tendon à l'autre.

Le foulage est utilisée pour séparer les fibres une par rapport aux autres.  Ce faisant, le foulage aide à étirer, assouplir, allonger les muscles et les fibres conjonctives. Il aide aussi à défaire les adhérences entre les tissus situés en parallèle.  Vu que les tissus sont plus souples, la circulation sanguine est mieux distribuée et le relâchement est amorcé.  

Cette technique est souvent utilisée au début pour repérer les tensions et les cordons myalgiques.  Ensuite, elle est utilisée où il y a beaucoup d'adhérences et de douleur.  La friction est souvent douloureuse tandis que le foulage est plus doux.  Le foulage appliqué avec beaucoup de force peut être très efficace pour les gens qui récupèrent rapidement comme les sportifs ou les jeunes.  En utilisant beaucoup d'intensité, le foulage est une bonne technique pour réduire les tensions, mais peut produire de fortes courbatures et des séquelles sur une personne qui n'est pas active.   

Le tapotement et percussions

Vous l’aurez deviné, la technique du tapotement consiste à tapoter le corps, souvent le dos, les fesses et les cuisses, avec les deux mains en alternance et rapidement. La pression exercée dépend de l’effet recherché. On peut tapoter avec les mains positionnées en cuillère (c’est uniquement le bout de doigts et les talons des mains qui entrent en contact avec la peau) ou en les plaçant sur le côté l’une vis-à-vis l’autre. Cette technique est souvent utilisée dans les massages sportifs et thérapeutiques. C’est excellent pour la circulation sanguine.

Les vibrations

Cette technique de massage sert à énergiser et stimuler les systèmes nerveux et circulatoire. Il y a plusieurs façons de masser par vibration. D’abord, les mains à plat, ne frottant pas la peau, mais la secouant doucement, assez rapidement. Ou encore, avec le bout des doigts, on pousse le corps pour le faire balancer de gauche à droite. Autre technique de vibration, on tient doucement le bras (ou la jambe), puis on le secoue tout aussi doucement. C’est une manœuvre appliquée à des endroits précis sur le corps. Le/la praticien(ne) contracte le bras pour envoyer des vibrations à travers les tissus qui peuvent être senties jusqu'aux os. C'est une technique qui surexcite les nerfs sensitifs et par le fait même diminue la douleur ressentie à cet endroit. Cette manœuvre est aussi très bonne pour augmenter la circulation sanguine localement donc augmente la vitesse de guérison d'une blessure et diminue l'œdème locale. 

Les ébranlements

Les ébranlements font parties de la même catégorie que les vibrations à cause du mouvement oscillatoire des deux techniques.  Par contre, ils n'ont pas le même effet physiologique.  Les ébranlements sont effectués sur une masse musculaire assez grosse ou un segment du corps, c'est-à-dire l'avant-bras ou le pied par exemple. Il s'agit de faire bouger le segment ou le(s) muscle(s) dans un mouvement d'aller-retour pour observer un effet de rebond des muscles massés avec un rythme assez élevé. La manœuvre répartit les liquides uniformément dans les tissus et ont un effet surexcitant sur les nerfs.  Cet effet, si la technique est de courte durée, augmentera le tonus et préparera les muscles à l'activité.  Au contraire, si les ébranlements sont de longue durée, ceci relâchera le tonus musculaire et calmera le système nerveux.

 

sources diverses